Il fut un temps où l’armée de Terre disposait d’une « École nationale technique des sous-officiers d’active » [ENTSOA] qui, implantée à Issoire, formait des jeunes recrutés entre 16 et 18 ans dans des filières techniques [électronique, électrotechnique et mécanique notamment]. Leurs études, qui pouvaient les mener jusqu’au baccalauréat, étaient financées par l’État, en échange de sept ans à passer sous l’uniforme. Sa mission était donc de former des cadres dotés d’une double compétence : sous-officier et technicien.

Voir sur opex360